Le principe même

Discussions hier avec Pierre et David sur le travail de chercheur en sciences sociales. Sur la difficulté de travailler avec des enfants, sur les protocoles mis en place. Sur l’impact voulu des entretiens.

Parce que je reste persuadée, et c’est aussi l’approche psychosociolinguistique qui propose ça, mais je reste persuadée que dans un contexte francophone, pour moi, la façon la plus évidente de marquer l’espace social, d’avoir l’impression de proposer quelque chose aux gens qui habitent ici, c’est en travaillant en duo avec des personnes ressources et en leur proposant un entretien réflexif sur leur propre vie, comme le propose VAN HOOLAND ( 2005, 2006), qui soit donc un entretien biographique. Pour moi, finalement, l’important est d’apporter quelque chose aux personnes avec lesquelles je travaille (cela revient à ce que j’avais écris ici : http://expedition-s.eu/les-carnets-de-residence/dedans-dehors-2/), or les entretiens réflexifs que je cherche à mener me semble pouvoir, malgré tout, apporter quelque chose. Prendre le temps de réfléchir. Proposer un processus de réflexion et quelqu’un pour écouter ces réflexions.

Les sujets que j’ai l’habitude de traiter sont des sujets considérés comme sensibles et qui m’incitent à prendre des précautions importantes pour ne pas heurter mes interlocuteurs, pour ne pas les abimer dans leurs identités. Qui prennent du temps et nécessitent de tisser des liens de confiance entre moi et mes collaborateurs, afin qu’ils puissent parler sans peur d’être jugés.
Le contexte hispanophone rendait pour moi difficile cette complicité et je remarque que j’ai ici besoin de temps pour créer ces liens en question. Les contextes moins enclins aux relations en duo complexifie finalement mon rapport aux personnes avec qui je souhaite travailler. Pierre a énoncé l’impossibilité de se positionner ainsi sans avoir une véritable connaissance en psychologie. VAN HOOLAND (2006) explique que pour elle il ne s’agit pas de confondre le rôle d’un psychosociolinguiste avec celui d’un psychologue, et qu’il ne s’agit pas d’avoir l’intention d’aider l’autre. Je ne suis pas d’accord avec ça, même si je suis d’accord qu’il est important, en tant que scientifique, de ne pas mélanger les rôles, il est pourtant essentiel de proposer une approche bienveillante (non dans un sens hiérarchique mais bien dans celui de respecter autrui dans ce qu’il dit être et lui permettre de se dire de se réfléchir s’il le souhaite et de respecter qu’il ne le souhaite pas). Pour moi, c’est la seule façon de concevoir un impact des sciences sociales – en tous cas de celles dont je me réclame – telles que je les envisage , c’est dans le rapport interpersonnel direct. N’ont-elles pas pour vocation de proposer une alternative aux représentations excluantes? Si la sociolinguistique reste liée à l’idée de lutter contre les discriminations toutes les fois où le langage est impliqué, ce dont elle se réclame, comment ne pas vouloir « aider » autrui? N’est-ce pas là le principe même de cette discipline?

——————————

Eléments de bibliographie

VAN HOOLAND Michelle, 2005, La Troisième personne, L’Harmattan, Paris, 343 pages.

VAN HOOLAND Michelle, 2006, Maltraitance communicationnelle, L’Harmattan, Paris, 301 pages.

 

 

Tags : , ,

Vous pouvez suivre les commentaires de cet article via le flux RSS 2.0.

3 Commentaires pour “Le principe même”

  1. Merci beaucoup pour ce post et pour ce travail d’explicitation de ta position.
    Pour te répondre un peu « à brûle pourpoint » :

    Quand tu dis que l’important est d’apporter quelque chose aux personnes qui t’accordent des entretiens : je dirais qu’il me semble toujours difficile de savoir ce que l’on apporte dans ces situations. Je trouve que l’on a assez peu de maitrise, finalement, sur ce que les personnes rencontrées vont faire de cette expérience. On a parfois les meilleures intentions du monde, et elles se vexent. Ou alors on reste très neutre et distant, et la personne en face de soi vit l’entretien comme un moment intense et important, de retour sur sa vie, de réflexion sur ses pratiques…
    On peut, on doit, rester bienveillants, mais puisque l’on n’est pas dans un « contrat » thérapeutique, je dirais que l’interlocuteur « prend en charge » ce que l’entretien lui fait, ce à quoi il peut lui servir, etc. Même si, bien sûr, ça reste des réflexions un peu générales, et qu’il peut se passer bien des choses pendant un entretien, que l’on sent et que l’on gère de façon singulière.
    Ce n’est pas tant une question de « connaissances » en psychologie que de définition de la situation. En ce qui me concerne, je considère plutôt que mon interlocuteur me permet d’explorer telle ou telle question. Je ne suis pas là pour l’aider, mais pour qu’il m’aide, lui, dans ce travail. Ce n’est pas équitable et je conserve une dette à son égard, ce qui est une forme de lien assez fort.

    Du coup, je dirais que « l’impact des sciences sociales » se joue plutôt après, ailleurs que dans ce rapport interpersonnel. Ce peut être quand on écrit ou quand on parle à des personnes très éloignées de cette situation, sur la base de ce que nous ont apporté les entretiens. Ce peut être aussi dans une forme de retour de nos réflexions auprès du groupe que l’on a pu étudier, mais là aussi dans un second temps, dans une autre étape que celle de l’entretien.

    Mais je pense qu’il peut y avoir plusieurs manières d’envisager la situation d’entretien, et j’espère qu’on aura d’autre occasions d’en parler !

  2. Je me permets de prendre part à l’échange entre Nolwenn Troël-Sauton et Pierre Grosdemouge et je réponds en particulier au paragraphe de Pierre : « Ce n’est pas tant une question de « connaissances » en psychologie que de définition de la situation. En ce qui me concerne, je considère plutôt que mon interlocuteur me permet d’explorer telle ou telle question. Je ne suis pas là pour l’aider, mais pour qu’il m’aide, lui, dans ce travail. Ce n’est pas équitable et je conserve une dette à son égard, ce qui est une forme de lien assez fort ».
    Je suis d’accord avec lui sur l’importance de définir la situation et le « contrat de communication ». Le chercheur qui conduit un entretien avec un informateur (qui accepte de coopérer à une recherche) est bien demandeur de cette coopération qui l’aide à produire sa recherche. Une façon de » payer sa dette » est de communiquer en retour ce que l’on a retenu et élaboré à partir de ces entretiens aux informateurs, de leur restituer sous une forme qui leur soit accessible les résultats de la recherche. D’une part cela permet de faire valider par les interlocuteurs du terrain ce que la recherche a produit et l’interprétation que l’on en fait. D’autre part, on peut supposer (espérer) que cela les aide, d’une façon ou d’une autre, par le regard que l’on porte sur ce qu’ils ont dit de ce qu’ils vivent ou ont vécu. En acceptant de participer à la recherche, n’ont-ils pas exprimé une attente ou une demande implicite d’attention, d’écoute, de reconnaissance, peut-être d’aide pour y voir plus clair, pour co-construire dans l’interlocution le sens de ce qu’ils font ou ont fait, et une part de leur identité ? Si le regard qu’ils portent sur eux-mêmes, sur leur milieu et leurs conditions de vie, s’en trouve modifié, la recherche est aussi une intervention, une expérimentation sociale (Pascal Nicolas-Le Strat). Elle peut augmenter le pouvoir d’agir, de parler et de penser de tous ceux qui y contribuent, même s’ils n’en avaient pas exprimé la demande. Peut-être alors a-t-elle un aspect militant, avec tous les risques que cela comporte.

  3. Nolwenn Troël-Sauton dit :

    Bonjour Pierres, et surtout Pierre Hébrard,
    Excusez ma réponse tardive, j’ai été emportée dans mes Expeditions ! Le contrat de communication, c’est la situation que l’on créé avec l’autre et je suis d’accord pour dire qu’il est essentiel de la définir au préalable. VAN HOOLAND propose même des contrats écrits, que j’ai expérimenté et que je trouve parfois intéressants dans ce qu’ils proposent comme deuxième appui de confiance, dans leur valeur symbolique. Je suis d’accord avec ce que vous proposez pour la restitution aux personnes ressources, c’est même essentiel et indispensable à mon sens également, mais il est en ce cas important de ne pas oublier la violence que peut infliger ce type de restitution sur un sujet sensible. Comme j’en parlais il y a quelques jours à Pascal Nicolas-Le Strat, lorsque je travaillais sur l’adoption dite « tardive » internationale, j’ai envoyé les transcriptions d’un entretien à l’une des personnes ressources qui avaient accepté cette collaboration. La simple lecture a été, pour cette personne, d’une violence extrême. On ne peut pas maitriser, et j’en suis consciente, l’impact de nos entretiens sur les personnes ressources ; on ne peut pas tout contrôler. Quand vous dites « En acceptant de participer à la recherche, n’ont-ils pas exprimé une attente ou une demande implicite d’attention, d’écoute, de reconnaissance, peut-être d’aide pour y voir plus clair, pour co-construire dans l’interlocution le sens de ce qu’ils font ou ont fait, et une part de leur identité ? », je suis complètement d’accord avec vous : il y a forcément une démarche de leur part, ou du moins une envie, une ouverture. Pour moi, c’est effectivement le moment clé de l’intervention de la recherche, celui du moment de l’entretien. La vulgarisation de la recherche en réponse à un travail peut aussi, si elle est bien menée, peut aussi être l’occasion d’une intervention ; mais là encore il s’agit d’un nouveau moyen de chercher à provoquer la possibilité d’un nouveau regard sur des situations considérées comme normales, de questionner sur des « réalités »(présentées, dans les représentations collectives en tous les cas comme normale) . Son aspect militant oui, à assumer dans ce choix, dans ce risque, tout en cherchant toujours malgré tout à ne pas laisser sa subjectivité prendre toute la place ?
    Pour ce que tu disais Pierre sur la non maitrise des entretiens, c’est ce que je disais plus haut, je suis complètement d’accord avec toi, mais le biais initial pour moi, doit comporter cette intention interventionniste, même si elle n’a pas d’écho. Une « dette », oui d’une certaine manière, et le lien qui se créé est fort oui, de toutes façons, mais l’aide peut parfois est co-construite, et je pense que c’est important de ne pas l’oublier, comme le proposais Pascal Nicolas- Le Strat dans un autre commentaire « La rencontre à finalité de connaissance partagée et/ou réciproque. »

Laisser un commentaire